AAR - La Revanche des genres. Art contemporain australien (1ère partie)
Publication originale : La Revanche des genres. Art contemporain australie (...)
Accueil


Les dossiers hypermédias


Les dossiers bilingues

Les encyclopédies AAR


Les portails de connaissance AAR
Amsud : la médiathèque latinoaméricaine
Azéri Buta : Le portail consacré à la Culture Azerbaïdjanaise
Averroès : la médiathèque France-Maghreb
Diversité linguistique et culturelle
Mondialisation et développement durable
Peuples et cultures du monde
Sémiotique, culture, communication



La Revanche des genres. Art contemporain australien (1ère partie)
- Accueil -
Informations


Responsable(s) : Géraldine Le Roux - commissaire d'expositions, présidente de l'association Diff’Art Pacific, France


Date et lieu du tournage : Jeudi 10 janvier 2008 - Cité Internationale des Arts, 18 rue de l’Hôtel de Ville, 75004 Paris, France


Réalisation : Camille BONNEMAZOU (ESCoM-FMSH, Paris, France) , Richard FILLON (ESCoM-FMSH, Paris, France) , Elisabeth de PABLO (ESCoM-AAR,FMSH, Paris, France)


Langue(s) : English English Français Français


ACCÈS AUX VIDÉOS

Présentation du sujet
Longtemps méconnu, ou tout au mieux considéré comme une production artisanale folklorique et locale, l’art des Aborigènes émergea en Australie il y a quelque soixante mille ans et depuis, n’a jamais cessé d’évoluer au gré de l’histoire.

Si deux siècles d’oppression coloniale et de politique d’acculturation ont profondément modifié les groupes aborigènes, les privant de leurs terres, de leurs droits, de leurs langues, de leurs coutumes et de leur liberté, la culture et l’identité aborigènes se sont maintenues grâce à d’extraordinaires capacités d’adaptation et de création, au point qu’on parle aujourd’hui de l’art aborigène contemporain comme l’un des courants artistiques les plus importants du XXe siècle.

Les arts aborigènes contemporains se sont largement développés dans les années 1970, d’abord dans le désert central puis dans toutes les communautés, émergence qui répond à un souci de prolongement d’un patrimoine esthétique, culturel, politique et social. Les nouvelles technologies furent utilisées par les « anciens » pour préserver leur savoir et leurs traditions ancestrales, nettement mises en danger face à l’acculturation et à la sédentarisation forcées de leur peuple. Au corps, au sable, à la roche et à la parole vinrent s’ajouter la photographie, la vidéo et le net décloisonnement des genres modifiant progressivement la fonction première de l’art aborigène où il était plus question de transmission que d’exposition…

Si les rituels perdurent dans les communautés, les formes artistiques présentées sur des médias permanents (acryliques sur toile, photos argentiques, vidéos, installations, etc.) sont des réponses et des appels lancés aux populations non-aborigènes pour engendrer un dialogue interculturel et un véritable lien humain. Les arts aborigènes furent toujours, et plus encore aujourd’hui, au cœur des échanges culturels dans la zone Asie-Pacifique. Cette exposition rend compte de ces liens, entre artistes de toute origine, nés ou travaillant sur le territoire australien. L’exposition interroge les notions de frontières, de nationalité, d’héritage culturel et la pertinence de catégories et de genres tels que l’art aborigène, l’art premier, l’art australien...

Une vingtaine d’artistes ont choisi pour la vitalité et la pertinence de leurs créations :
Dacchi Dang, Vernon Ah Kee, Tania Mason, Tracey Moffatt, Archie Moore, Rosella Namok, Keren Ruki, Tony Albert, Prins, Simone Eisler, Chantal Fraser, Jenny Fraser, Barbara Gibson, Nakamarra et Judy, George Milaypuma.

Pour des informations supplémentaires, connectez-vous au site de l’association Diff’Art Pacific.







Dernière mise à jour le 29/06/2016
All rights reserved © ESCoM 2009
Site déposé sur CopyrightFrance.com

Aide - Plan du site - Nous contacter - Mentions légales -
http://www.archivesaudiovisuelles.fr