Publication originale : Face au storytelling : selon quels critères défini (...)
Accueil


Les dossiers hypermédias


Les dossiers bilingues

Les encyclopédies AAR


Les portails de connaissance AAR
Amsud : la médiathèque latinoaméricaine
Azéri Buta : Le portail consacré à la Culture Azerbaïdjanaise
Averroès : la médiathèque France-Maghreb
Diversité linguistique et culturelle
Mondialisation et développement durable
Peuples et cultures du monde
Sémiotique, culture, communication



Face au storytelling : selon quels critères définir la "fiction littéraire"?
- Accueil -
Informations
Responsable(s) : Perrot-Corpet, Danielle - Centre de recherche en littérature comparée (EA 4510), Université Paris-Sorbonne, Paris, France

Date et lieu : Vendredi 16 mai 2014 - Maison de la recherche de l'Université Paris-Sorbonne, Paris


Réalisation et mise en ligne : Neli DOBREVA (ESCoM-AAR, FMSH, Paris, France)


Langue(s) : Français Français


ACCÈS AUX VIDÉOS

Présentation

À l’heure où « l’art de raconter des histoires » devient aussi, et à grande échelle, le moyen par excellence de vendre ou de gouverner, la question de la spécificité de la fiction littéraire doit être posée à nouveaux frais : dans le « bain narratif » qui semble devenu la condition la plus générale de notre expérience quotidienne du monde, peut-on distinguer un récit/une fiction qui soit spécifiquement littéraire ? Si oui, la littérarité d’un récit/d’une fiction tient-elle à des traits formels ou seulement à l’usage (« littéraire » ou stratégique) qui en est fait ? 

Qu’est-ce que le storytelling, dans son sens restreint de « stratégie de communication narrative », emprunte exactement à cet « art de conter » (« storytelling » dans l’acception traditionnelle du terme anglais) dont relève peu ou prou (fût-ce pour s’en défendre) la fiction littéraire ? Que reste-t-il en propre, à la fiction littéraire, d’irréductiblement autre et irrécupérable par cette « machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits » qui donne son sous-titre au livre de Christian SALMON Storytelling (La Découverte, 2007) ? 

La charge passionnelle qui entoure le débat lancé en France par le livre de Salmon ne doit pas être éludée ici par l’effort de la réflexion théorique, mais au contraire prise en compte comme l’indice d’une portée éthique et politique de la « littérature », notion qui, dans sa nature même de construction historique et d’instrument axiologique, se trouve mise en demeure de définition, par la force des frictions en tout genre qui l’accolent et l’opposent aux entreprises du storytelling. Cette première journée d’études du projet « Fiction littéraire contre storytelling : un nouveau critère de définition et de valorisation de la littérature ? » (coordonné par Danielle Perrot-Corpet dans le cadre du CRLC et du Labex « OBVIL ») accompagne le séminaire-cycle de rencontres « Fiction littéraire contre storytelling : formes, valeurs, pouvoirs de la littérature aujourd’hui » (Maison de la Poésie, janvier-juin 2014: http://www.fabula.org/actualites/litterature-contre-storytelling-formes-valeurs-pouvoirs-de-la-litterature-aujourd-hui-seminaire_60852.php) et sera suivie d’autres manifestations jusqu’en 2016. 

Un événement CRLC/Labex OBVIL, avec le soutien de l’Ecole Doctorale III de l’université Paris-Sorbonne. En partenariat avec le programme ANR « Pouvoir des Arts ». 

Coordination : Danielle Perrot-Corpet (Université de Paris-Sorbonne, CRLC/Labex « OBVIL »).

PROGRAMME 

MATINÉE 

09h45 : Accueil des participants et introduction par Danielle PERROT-CORPET (Université de Paris-Sorbonne, CRLC/Labex OBVIL) 

« Fiction littéraire contre storytelling » ? Position du problème 

Présidente de séance : Judith SARFATI-LANTER (Université de Paris-Sorbonne, CRLC/Labex OBVIL) 

10h : Jacques MIGOZZI (Université de Limoges, EHIC) : « “Fiction littéraire contre storytelling” ? Les pièges d'un vieux duel et d'un faux débat » 

10h30 : Marc MARTI (Université de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Littérature et Histoire : antidotes au storytelling ? » 

11h : Pause. 

Engagements littéraires 

Présidente de séance : Gisèle SAPIRO (Université Paris 1/CNRS/EHESS) 

11h15 : Aurore PEYROLES (CRLC) : « “Mentir-vrai“ contre “mentir faux” : le combat avant-gardiste du roman engagé des années 1930, ou de la pertinence réciproque de l’anachronisme critique » 

11h45 : Chloé CHAUDET (Université de Paris-Sorbonne, CRLC/Université de la Sarre) : « De la mince frontière entre best-seller humanitariste et roman (vraiment) engagé : l’exemple de Desert flower (1998) de Waris Dirie » 

12h30 : Déjeuner. 

APRÈS-MIDI 

Récits de soi à l’ère du storytelling 

Président de séance : Emmanuel BOUJU (Université Rennes 2, CELLAM-Groupe f) 

14h30 : Vincent MESSAGE (Université Paris 8, « Littérature, histoires, esthétique ») « Du récit de soi à l'âge du capitalisme narratif » 

15h : Neli DOBREVA (Université Paris 1, ESCoM-AAR, FMSH) « Le devenir « mutant » de la littérature vs le Storytelling des événements du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis » 

15h30 : Marie-Jeanne ZENETTI (Université Lyon 2, « Passages XX-XXI ») : « La stratégie du grain de sable : quelques techniques de contre-narration » 

16h : Pause. 

Fictions contre fictions à l’ère du storytelling : où est la littérature ? 

Modératrice : Danielle PERROT-CORPET (Université de Paris-Sorbonne, CRLC/Labex OBVIL) 

16h15 : DÉBAT entre Françoise LAVOCAT (Université Paris 3-Sorbonne-Nouvelle/Institut Universitaire de France) et Yves CITTON(Université Stendhal-Grenoble 3/UMR LIRE) à partir notamment de leurs textes : 

• Françoise Lavocat« Du récit au “storytelling” : enjeux pour la fiction », Lendemains, n° 149, 2013, p. 14-28. 

• Yves Citton« Contre-fictions en médiocratie », Fixxions, n° 6, 2013. 

17h15 : Discussion générale









Dernière mise à jour le 29/06/2016
All rights reserved © ESCoM 2009
Site déposé sur CopyrightFrance.com

Aide - Plan du site - Nous contacter - Mentions légales -
http://www.archivesaudiovisuelles.fr