AAR - Introduction à la langue et à la tradition orale quechua
Publication originale : Introduction à la langue et à la tradition orale quechua

Dossiers hypermédias :

Dossiers pédagogiques :
Introduction à la langue quechua
Portefeuille de lecture pour un cours de langue, niveau master


Les dossiers hypermédias


Les dossiers bilingues

Les encyclopédies AAR


Les portails de connaissance AAR
Amsud : la médiathèque latinoaméricaine
Azri Buta : Le portail consacr la Culture Azerbadjanaise
Averroès : la m�diath�que France-Maghreb
Diversité linguistique et culturelle
Mondialisation et développement durable
Peuples et cultures du monde
Sémiotique, culture, communication



Introduction à la langue quechua
Portefeuille de lecture pour un cours de langue, niveau master
Accueil Passages Thématiques Lexique

Liste des passages


Intitulé Description Durée
 Famille linguistique quechua  César Itier nous rappelle où se situent les langues amérindiennes dans la classification générale des langues. Il y a quelques années, un linguiste américain Joseph Grinberg, a proposé de regrouper la plupart des langues autochtones améridiennes au sein d'une famille "amérinde". Cette classification n'a pas été attestée. L'Amérique est le continent où il reste actuellement le plus grand nombre de familles de langues. D'une façon générale, le quechua ne fait partie d'aucune famille linguistique, étant lui-même une famille de langues du fait de ses nombreuses variétés dialectales. Dans les années 1970, un chercheur a émis l'hypothèse d'un regroupement du quechua avec l'aymara en une même famille appelée "quechumara". Cependant, malgré certaines ressemblances entre ces deux langues, notamment entre les structures phonologiques et morphologiques, les différences au niveau du vocabulaire de base sont trop importantes pour que l'on puisse les regrouper en une seule famille.  00:06:12
 Recherche linguistique sur le quechua  Pour mener une recherche linguistique, il faut disposer d'une bonne description des variétés de langues et dialectes parlés. Ce qui fait défaut car, bien que commencé dans les années 1970, ce travail a peu avancé, et il reste beaucoup à faire notamment dans les régions où le quechua a fortement reculé voire disparu ces dernières années. Le travail de description dialectale est urgentissime, surtout dans ce contexte de langues en disparition.  00:03:03
 Description des langues quechua  Au début des années 1960, le fondateur de la linguistique andine, Alfredo Torero, a publié une classification des dialectes quechua, dans laquelle il propose deux grands groupes de dialectes : les dialectes de quechua I et de quechua II, géographiquement délimités. Dans les années 1980, un linguiste australien travaillant en France, Gérald Taylor, admet qu'il existe des dialectes mixtes c'est à dire qui présentent des caractéristiques du quechua I et II dans certaines zones (notamment dans la région de Lima qui apparaît comme une zone de transition entre les dialectes I et II). D'après les recensements les plus récents, le nombre de locuteurs seraient d'environ 10 millions de personnes (ce qui fait du quechua la première famille linguistique d'Amérique du sud).  00:03:50
 Quechua, langue des Incas ?  Depuis le XVIe siècle et ce jusqu'au début du XXe siècle, beaucoup ont pensé que les Incas (groupe ethnique qui occupait une vallée dans la région de Cuzco) étaient à l'origine de la langue quechua . Aujourd'hui on sait que l'expansion du quechua a commencé bien avant et que les Incas se sont servis de cette langue comme langue de communication. Le premier foyer de la langue est situé loin de Cuzco, entre Lima et les Andes du centre nord - à Ancash.  00:04:17
 Premier foyer d'expansion de la langue quechua  L'époque de l'horizon ancien (500-200 av. J.-C.) - civilisation Chavin - semble être le premier foyer d'expansion de la langue quechua. Elle est marquée par la très forte intensification des échanges entre différentes petites sociétés, la diffusion d'une iconisation religieuse et par une unification culturelle, facteur expansion culturelle très forte. Le quechua était parlé à l'Equateur pour le commerce. Les Incas avaient leur langue propre (lingua materna), et parlaient en plus l'aymara (langue très parlée dans le sud du Pérou). Le quechua était la langue véhiculaire de la partie la plus développée de son empire. C'était d’abord une langue de communication, ils en ont fait une langue d'administration. L'expansion de la langue doit plus à ce qu'il s'est passé avant et après la période incaïque, notamment avec la colonisation espagnole, qu'aux Incas eux-mêmes.  00:03:36
 Expansion du quechua pendant la colonisation espagnole  La colonisation espagnole marque la dernière phase de propagation de la langue quechua. Cette propagation est due à l'apparition de centres urbains peuplés d'indigènes. La population converge vers les centres miniers pour y réaliser la corvée minière car elle doit payer le tribu à l'état colonial. Ceci entraine une grande mobilité des populations paysannes. On observe des phénomènes de migration et on assiste à un bouleversement économique. Ces tendances vont entrainer un phénomène d'homogénéisation linguistique où le quechua va se propager au détriment d'autres langues.  00:02:57
 Structure des langues quechua  Les différences entre les quechua I et II sont surtout d'ordres lexical et phonologique; le système grammatical et la syntaxe sont assez similaires. Le quechua est une langue à tendance agglutinante qui procède par juxtaposition de suffixes sur une base tantôt verbale tantôt nominale. Ces suffixes expriment soit des valeurs grammaticales soit des valeurs sémantiques. A titre d'exemple, le quechua de Cuzco comporte une centaine de suffixes. A la plupart de ces suffixes ne correspond qu'un seul signifié ce qui rend la langue assez transparente. Comme Georges Dumézil l'avait déjà remarqué, le quechua est structurellement très proche du turc. Les dialectes quechua II (parlés au nord et au sud) ont visiblement reçu l'influence d'une langue de substrat (assimilation massive d'un vocabulaire d'origine aymara pour le quechua cuzconien) ayant entraîné une modification lexicale mais également phonologique importante. Idem pour le quechua équatorien qui garde des traces des langues qu'il a remplacées. D'une façon générale, on peut dire que les dialectes quechua I sont probablement plus proches de la protolangue telle qu'on peut la reconstruire aujourd'hui. Il existe également de nombreux phénomènes de simplifications dans le quechua II parce que ce dialecte a surtout servi de langue véhiculaire.  00:05:32
 La représentation du temps et de l'espace à travers la langue quechua  La langue quechua a une morphologie verbale très riche (suffixe apposé sur un mot verbal). Le quechua s'intéresse peu au temps, il n'y a pas de présent, peu de passé. En revanche, la langue exprime l'orientation des processus dans l'espace. Il existe donc tout un ensemble de suffixes pour exprimer l'orientation et la place des actants dans l'espace. L'inscription dans l'espace concerne tous les rapports que peuvent y entretenir les individus. C'est ce qui est le plus difficile à apprendre dans la langue car cela nous oblige à regarder les processus d'une façon différente.  00:05:11
 Evolution de la situation linguistique des langues quechua  Même avec dix millions de locuteurs, le pourcentage de la population qui parle quechua va en diminuant, du fait de la migration rurale vers les villes (du Pérou vers Lima) qui a commencé à partir du milieu du XXe siècle. Avant, le tiers de la population de Cuzco était monolingue, quechuaphone. Les migrants de la campagne ont été "obligés" de se débarrasser des stigmates de leurs origines sociales refusant de transmettre le quechua à leurs enfants et, bien souvent, allant jusqu’à nier leur connaissance de la langue. Cette honte de parler quechua commence tout juste à s'estomper notamment pour deux raisons : a) une partie des migrants a pu faire des études, ce qui leur à fait prendre conscience de leur culture et b) la mondialisation et son intérêt de prendre en compte les patrimoines locaux. C'est surtout la transmission intergénérationnelle qui pose toujours problème dans les villes. Les gens ont l'impression que le quechua peut gêner l'intégration de leurs enfants à la vie citadine.  00:05:24
 Les khipus, système d'écriture particulier  On dit que les sociétés du Pérou n'auraient pas développé de civilisations d'écriture (comme les Mayas par exemple). Mais les anciens Péruviens connaissaient un système d'ancienne écriture : les khipus. (Cordelettes attachées les unes aux autres et avec lesquelles on fait des noeuds de différentes sortes, de différentes couleurs, etc.). Ces khipus n'ont pas été réellement déchiffrés. Récemment Gary Urton a analysé le processus d'élaboration des khipus et a montré que celui-ci se faisait selon une série de choix successifs binaire. On sait qu'il existait des khipus comptables et narratifs, certains de ces khipus comptables ont été utilisés jusqu'au début du XIXe siècle. L'état colonial a encouragé leur utilisation à des fins comptables, les jésuites auraient également favorisés leur maintien mais apparemment aucun Espagnol n'a appris le système de codage. Peut être est-ce à cause de son système de lecture ? Le khipu se lit de façon tactile et plus lentement qu'un texte écrit. Aujourd'hui même si certaines communautés en détiennent, elles ne savent pas les lire et les utilisent seulement à des fins rituelles.  00:08:06
 Transcription du quechua  Le quechua s'écrit maintenant en caractères latins alors que le système phonologique du quechua est très différent de nos langues. Le système de transcription nécessite donc un gros travail. Dès 1580, un système graphique a été créé pour des personnes locutrices de la langue, système qui restera en vigueur jusqu'au milieu du XVIIIe siècle. Ensuite d'autres systèmes ont été élaborés mais ils n'ont pas été très consistants. Ce n'est qu'au milieu du XXe siècle qu'une unification et simplification des systèmes a été réellement mise en place. Ce système est de type phonologique et est actuellement utilisé au Pérou et en Bolivie.  00:05:29
 Le quechua dans les médias  Les Equatoriens ont élaboré une sorte de quechua standard - utilisé pour la radio, la presse, etc. - qui s'appelle le "quechua unificado". Dans les années 1970, le quotidien péruvien "Crónica" publiait un supplément qui s'appelait "Crónicawan". En Bolivie, il existait un quotidien "La Prensa" qui publiait chaque semaine des articles en aymara, quechua et guarani. Malheureusement, ce supplément n'existe plus qu'en aymara. En Bolivie, il existe quelques émissions de télévision en quechua; au Pérou la situation politique n'est pas très favorable au développement médiatique de la langue. En revanche, il existe de nombreuses radios en langue quechua. On constate maintenant, dans ces pays, un intérêt pour la langue qui n'existait pas avant. Ainsi, beaucoup essayent de la réapprendre et de produire de la littérature. Peut-être assistons-nous là, à l'émergence d'une dynamique qui pourrait inverser la tendance du phénomène de non transmission de la langue.  00:06:22
 Le vrai quechua ?  Le processus de folklorisation, que nous constatons de nos jours, est préjudiciable à la langue dans la mesure où cette tendance pousse la jeunesse à considérer le quechua comme une relique du passé sans prestige pour la modernité. L'Académie Péruvienne de la Langue Quechua, créée en 1953, qui a de nombreuses succursales au Pérou, en Bolivie et en Argentine, est héritière du nationalisme incaïque du XIXe siècle. Elle répète à outrance que les paysans ne savent pas parler quechua mais pratique un "quechuagnole" (sorte de corruption de la langue) et qu'ils sont les seuls dépositaires de la langue des Incas. Malheureusement, comme ils ont beaucoup de moyens, ce discours est entendu par beaucoup de locuteurs et on entend souvent les gens dire : "je parle quechua mais je ne connais pas le vrai quechua"... Ces discours contribuent à rompre la transmission intergénérationnelle par refus de transmettre une langue qui ne serait pas "pure". Alors que l’on sait que le quechua peut investir de nouveaux domaines d'expression.  00:06:28




Accueil - Mentions légales - Crédits
Introduction à la langue quechua, 30/05/2008 14:37:53







Dernière mise à jour le 18/12/2014
All rights reserved © ESCoM 2009
Site déposé sur CopyrightFrance.com

Aide - Plan du site - Nous contacter - Mentions légales -
http://www.archivesaudiovisuelles.fr